Gallon Drunk

Gallon Drunk %22 No ! %22

©Frédéric Lemaître

 

                                                 En route vers la lumière

Dédié à leur bassiste Simon Wring disparu en 2011, le son abrupt de « The road gets darker from here » sonne le glas pour le retour aux sources de Gallon Drunk.

Depuis la sortie du disque, la vie semble cependant de nouveau sourire au trio orphelin, rejoint par leur ami Leo Kurunis afin de reprendre la route. Laissant de côté (un temps ?) les mauvais souvenirs et les multiples projets parallèles (Faust, Big Sexy Noise avec Lydia Lunch, « I was Dora Suarez » avec Dereck Raymond, « Friends with a face » avec Philippe Petit, …) James Johnston, Terry Edwards et Ian White ont retrouvé le goût d’explorer ensemble de nouvelles voies en nous embarquant dans un rock-garage plus nerveux que jamais.

 

Le son de votre nouvel album sonne très brut. Comment l’avez vous enregistré ?

James Johnston: C’était une décision consciente. Johann Scheerer (producteur aussi du dernier Faust) nous a vus en concert lorsque nous étions trois et ça lui a donné envie de nous inviter chez lui. Nous avons donc enregistré live dans une grand pièce d’un studio à Hambourg. Il voulait s’approcher du son du précédent album, mais avec une batterie plus puissante. La base d’enregistrement a donc été la batterie. Il y a peut être aussi un peu plus de guitare qu’habituellement. C’est comme ça que j’ai commencé à écrire les morceaux, au lieu de le faire au piano ou a l’orgue comme avant. J’ai aussi pris plaisir à jouer de la guitare avec Lydia Lunch dans « Big sexy noise ». Et aujourd’hui nous menons les deux projets de front. Si les morceaux que nous écrivons sont typés rock 70 c’est pour « Big sexy noise », si c’est plus arty c’est pour Gallon Drunk. Nous allons d’ailleurs retourner en studio pour enregistrer un nouvel album de Gallon Drunk qui sera peut être différent, avec plus d’orgue et moins de guitares. J’adore vraiment le dernier morceau « The perfect dancer ». Nous irons peut être dans cette direction, quelque chose d’un peu moins conventionnel.

Les morceaux étaient ils déjà écrits avant d’entrer en studio ?

Pas du tout. J’avais juste quelques idées sur mon dictaphone. J’ai même fait les démos de deux idées avec le logiciel GarageBand. Nous avons décidé d’aller à Hambourg voir ce qu’on pouvait faire. Après quelques jours où il ne s’est rien passé j’ai pensé que ça allait finir en désastre. Soudainement ça a commencé à prendre quand j’ai fait écouter d’autres démos dont je n’étais pas sûr à Terry et Ian. Au final ces morceaux sont devenus les plus forts de l’album comme « You made me ». Certains autres titres comme « The perfect dancer » ont été écrits en studio à partir d’une vague idée. On a aussi demandé à d’autres gens de chanter sur l’album et d’écrire leurs propres paroles. C’était une approche assez libre.

Comme Marion Andrau par exemple qui co-signe « Stuck in my head » et « The Perfect dancer ». Comment l’avez vous rencontrée ?

Nous nous sommes croisés dans notre bar préféré. Nous avions vu son groupe « Underground Railroad«  et c’était brillant. Pendant le mixage de l’album, nous avons trouvé que le disque était devenu trop angoissé, trop viril. Il avait besoin d’une présence féminine : nous lui avons donc demandé de faire des voix, même si ça n’était pas dans son style. Mais c’était excitant pour elle d’essayer quelque chose de nouveau. On a fini par également rajouter des choeurs ici et là avec Marion et Mélanie Gautier – qui a fait des traductions pour votre fanzine. Tous les gens qui ont participé à la création de l’album étaient des amis proches. C’est pour ça aussi que la pochette représente Ian chez lui. Il était important pour nous de travailler avec des proches car beaucoup de choses terribles se sont passées pendant l’enregistrement. Cet album est plus qu’un simple album, il est le résultat d’une aventure humaine entre amis.

Est ce important que la pochette reflète l’ambiance du disque?

Oui, bien sûr ! Prenez la pochette de “From The Heart Of Town”, c’est un disque très londonien faisant référence à certains lieux de la ville. Et la pochette donne des indices sur la musique. Et bien c’est la même chose avec « The road gets darker from here » dont le titre fonctionne bien avec l’image: On était bloqué puis on a vu cette photo de Ian prise sur téléphone portable à 7h du matin. La photo n’était pas prétentieuse, c’est ce qui nous a plu.

Le clip de « You Made me » semble avoir été tourné dans le même endroit.

Oui, il a été réalisé par notre ami Toby Winter chez Ian et Mélanie qu’on voit danser. C’est encore un projet « homemade » mené avec des proches. J’adore ce clip, c’est marrant, bizarre !!!

Mick Harvey a quitté les Bad Seeds. Serais-tu tenté de les rejoindre à nouveau ?

Je ne sais pas, Ed Kuepper (fameux guitariste australien ayant commencé ses gammes avec The Saints NDLA) a joué avec eux il y a trois ans, il les accompagnera encore peut être cette année. Le truc c’est qu’ils sont constamment en évolution, ils prennent différentes directions… Peut-être qu’à l’heure actuelle après Grinderman ils recherchent, un son avec moins de guitare (l’interview a été fait avant la sortie de « Push the sky away » NDLA). Mais jouer avec eux était fantastique. J’ai beaucoup aimé l’album « Abattoir Blues », qui est le premier auquel j’ai participé, et qui a été enregistré à Paris.

« The road gets darker from here » est aussi sorti en vinyle. Penses-tu ressortir les anciens disques également sous ce format ?

J’adorerais. « In The Long Still Night » étant épuisé ce serait l’occasion de le faire. J’adore l’objet : on peut voir la pochette en grand. Même si je n’ai plus personnellement de platine.

Et maintenant, est-ce que la route s’annonce toujours aussi sombre ?

J’espère sincèrement que non! Elle l’a été suffisamment jusqu’ici, merci! On a d’autres projets, mais c’est bon d’être de retour avec Gallon Drunk, de poursuivre avec ce groupe, de faire en sorte qu’il existe encore. C’est bon d’être à nouveau ensemble, sur scène, et de jouer ces morceaux en live, en attendant d’enregistrer le prochain album très prochainement !

The road gets darker from here » CD/LP (Cloud Hill/Differ-Ant)

ttp://www.gallondrunk.com/

Peter K et Frédéric Lemaître (with a little help from Cathimini) Oct 2012